HISTORIQUE DE NOS MISSIONS D’AIDE HUMANITAIRE DANS LE MONDE
depuis 1991

Présentation synthétique >

Ethiopie (2014 à 2015)

Dans la région de GONDAR, construction, pour environ 1500 personnes, de deux blocs de sanitaires intégrés, à savoir pour chacun d’eux six toilettes, quatre douches et un bio-digesteur relié à une cuisine collective.

Moldavie (de 2002 à 2011)

Dans ce pays, le plus pauvre d’Europe, nous avons soutenu une douzaine d’écoles-internats publiques pour orphelins, enfants abandonnés ou handicapés mentaux légers : rénovation d’établissements, formation professionnelle de centaines d’adolescents (agriculture, apiculture, élevage, coiffure, couture, cordonnerie, menuiserie, mécanique). L’objectif était de leur permettre de mieux s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, contribuant ainsi à freiner une émigration économique catastrophique (20 % de la population a déserté ce pays en une décennie).

EXEMPLE D’UNE COOPÉRATION FRUCTUEUSE : L’INTERNAT DE GRINAUTI-MOLDOVA
L’internat de Grinauti est spécialisé dans l’accueil et la scolarisation de 110 enfants handicapés mentaux légers de 8 à 17 ans. Y sont placés surtout des enfants abandonnés ou orphelins. Le personnel comprend une trentaine de personnes.

PARTENAIRES a commencé en 2006 ses activités à l’école-internat de Grinauti-Moldova, au Nord-Est du pays, à la frontière de l’Ukraine :
Mise en place d’ateliers de menuiserie, coiffure, cordonnerie, broderie et couture
Plantation d’un verger
Cours d’éducation civique
Formation en hygiène et nutrition
Création d’une ludothèque en 2010, financée par la Ligue de l’Enseignement
Création d’une ferme-école en 2009-2010, grâce à un financement de Frères d’Espérance

Face au succès de ces formations, la mairie de Grinauti-Moldova, le Conseil Régional d’Ocnita et le directeur de l’établissement ont sollicité notre appui technique et financier pour en créer une nouvelle, plus ambitieuse : celle de boulanger, avec aménagement d’une boulangerie au sein de l’école. Ce projet s’est achevé début 2011, grâce à une subvention du Conseil Régional d’Ile-de-France.

 

Mozambique (de 2008 à 2010)

Nous avons achevé en 2010 un projet sur 3 ans axé d’une part sur la protection maternelle infantile et la prévention du paludisme et d’autre part sur la promotion du maraîchage de subsistance et de rapport, avec aide à la commercialisation. Ce programme a aidé une trentaine de familles démunies à sortir d’une pauvreté extrême.

 

Brésil (de 1999 à 2002)
Assainissement à Petrópolis

PARTENAIRES a entrepris à partir de 1999 à Petrópolis un projet cofinancé par l’Union Européenne, dans le quartier de Vila San Francisco. L’objectif était de réhabiliter une favela par des travaux d’assainissement et d’amélioration de l’habitat.
Le quartier de Vila San Francisco ne bénéficiait d’aucune infrastructure sanitaire : ni approvisionnement en eau potable, ni traitement des eaux usées et absence de collecte des ordures.

En bref, le projet a consisté en :
Un programme de traitement des eaux usées par la construction de 12 biodigesteurs.
Des travaux de réhabilitation en dur des logements des familles les plus défavorisées.
Un programme socio-éducatif axé sur :
– L’hygiène et la santé
– La formation professionnelle dans les domaines de l’assainissement et de l’éducation
– Le respect de l’environnement

L’action socio-éducative a touché approximativement 1000 habitants du secteur. Les bénéficiaires ont pris une part active importante au projet. Après son achèvement, ceux qui ont été formés ont assuré l’entretien du système de traitement des eaux.

 

Inde (de 1995 à 2002)

Capitale économique de l’Inde, Bombay a connu durant les dix années encadrant notre action un essor étonnamment rapide, grâce notamment aux investissements étrangers induits par l’ouverture du pays à la mondialisation. Néanmoins, ce tournant dans la politique économique a considérablement accru les écarts de revenus au sein de la population, excluant les plus démunis de la répartition des fruits de la croissance. Plus d’un tiers de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Bombay comptait alors près de 15 millions d’habitants dont la moitié vivaient dans des bidonvilles.

De 1995 à 2002, c’est à Nariman Point, dans trois petits bidonvilles entourant alors l’un des quartiers d’affaires les plus prospères du monde, que PARTENAIRES a mené plusieurs programmes :

Formation professionnelle et alphabétisation des femmes :
PARTENAIRES a mené un programme destiné aux femmes du bidonville de Nariman Point. Grâce à la création d’un atelier de couture, elles apprirent à coudre à la machine et à l’issue de leur formation, sont devenues couturières. C’est dans ce cadre qu’est intervenu le système de micro-crédit mis en place par PARTENAIRES. Il a permis aux bénéficiaires d’ouvrir de petites boutiques et d’acquérir une autonomie financière, évitant ainsi le recours aux usuriers. Un cours d’alphabétisation en Hindi et d’initiation à l’anglais, langue plus intégratrice, furent également dispensés.

Education et soutien scolaire pour jeunes enfants :
PARTENAIRES a géré une classe maternelle et de nombreuses actions d’éducation dans le bidonville de Nariman Point. Un enseignement complémentaire fut dispensé aux enfants pour pallier les graves carences de l’école publique. Des livres et fournitures scolaires, dont le coût dissuadait les parents d’envoyer les enfants à l’école, ont également été fournis.

Hygiène et santé publique :
PARTENAIRES a géré un programme d’éducation à l’hygiène (corporelle et dans l’habitat). Pendant des « journées-santé », des médecins examinaient les résidents, et par exemple plusieurs anciens ont pu être opéré de la cataracte.

 

Nigéria (de 1992 à 1998)

C’est au Nigéria qu’a débuté l’action de terrain de PARTENAIRES. Le projet se poursuivit, de 1992 à 1998,  à 200km à l’Est de Lagos, en Ogun-Waterside, l’un des Etats les plus pauvres du pays.

Les 100.000 habitants de la région vivent de l’agriculture et de la pêche. Avant l’intervention de PARTENAIRES, le taux de vaccination des enfants était inférieur à 10%. Il n’existait qu’un seul hôpital public à l’abandon. Les maladies fréquentes étaient souvent liées à la consommation d’eau non potable, à une alimentation déséquilibrée et au manque d’hygiène.

Pour remédier à cette situation, PARTENAIRES a entrepris fin 1991 un programme de développement sanitaire intégré. Il comprenait :
La réhabilitation de l’hôpital général d’Ibiade, avec l’installation d’un bloc opératoire et du 1er laboratoire d’analyses médicales de la région. La fréquentation de l’hôpital est passée de 2.000 consultations en 1990 à 12.000 en 1993.
L’organisation de campagnes de vaccination dans 60 villages de brousse isolés. PARTENAIRES a effectué quelque 15.000 vaccinations et plusieurs milliers de consultations médicales.
La réparation de puits, de latrines, ainsi que la distribution de pompes à eau et de filtres communautaires. Dans chaque village, un « comité de l’eau » a été formé et chargé de veiller au bon usage et à l’entretien des pompes.
Parallèlement, un projet éducatif dans les villages sensibilisait la population aux règles élémentaires d’hygiène, et aux avantages de l’eau potable.