2022

Flash infos … flash infos … flash info de la mission en Haïti

Ce qu’on vit à Haïti

Quand notre collègue part pour Fond des Blancs le vendredi après-midi, sa femme et ses enfants sont très inquiets, il y a de quoi : récemment 38 passagers d’un bus avaient été pris en otage, justement sur la route que nous avions empruntée avec lui en 2018. A cette époque, nous avions déjà eu du mal à rejoindre notre hôtel dans la capitale à cause de violentes manifestations. Aujourd’hui, c’est bien pire : ce sont les gangs qui ont pris le pouvoir sur le pays.

Selon notre ami, ce seraient même des sénateurs qui les auraient armés pour qu’ils intimident les électeurs et les forcent à faire « leur bon choix ».

Cette insécurité affame les plus pauvres puisque les routiers qui acheminent les marchandises de la capitale à la province doivent payer des droits de passage, ou se laisser dévaliser. Ce « péage » se répercute sur les prix de vente, tout comme l’inflation galopante. A Fond des Blancs, bien des familles ne peuvent même plus prendre un repas par jour. Notre homme distribue donc de la nourriture une ou deux fois par mois, en fonction des ressources disponibles. Mais ses autres donateurs, des Américains, sont mobilisés actuellement sur l’Ukraine. De plus, il a noté dans son village une recrudescence des maladies dues à la mauvaise qualité de l’eau. Il va donc faire creuser un nouveau puits. « Dlo se lavi » en haïtien : «L’eau c’est la vie».

Aux Cayes, nous aidons des familles à reconstruire leurs maisons après le séisme survenu en août 2021. Mais on a du mal à acheminer le matériel. Cependant 4 maisons sur 7 ont été reconstruites, pas mal dans ces circonstances !!

Solidarité oblige.

Flash infos … flash infos … flash info … AG de PARTENAIRES

ASSOCIATION PARTENAIRES

– 41 rue des Maronites 75020 PARIS –

ASSEMBLEE GENERALE DU 18 JUIN 2022

                                                                                                                    

Cher donateur ou parrain, cher membre actif, cher membre bienfaiteur,

Vous êtes membre de l’association PARTENAIRES et avez donc voix à la prochaine Assemblée Générale, au titre de l’article 4 des statuts :

  • soit en tant que donateur ou parrain ayant apporté en 2021 une contribution financière d’au moins 60 €,
  • soit en tant que membre actif qui offre son temps et son assistance technique à l’association.

Veuillez trouver ci-après votre convocation à l’Assemblée Générale ordinaire annuelle de votre association.

L’Assemblée Générale de l’association PARTENAIRES aura lieu

Samedi 18 juin 2022 à 11h

à la Maison de la vie associative du 20ème arrondissement, 18 rue Ramus, 75020 Paris

(Métro ligne 3 : station Gambetta, Bus 26, 64 : arrêt Gambetta-Pyrénées)

Ordre du jour :  

  • Rapport d’Activités et Rapport Financier
  • Perspectives pour l’année 2022/2023
  • Renouvellement partiel du Conseil d’Administration
  • Questions diverses

Chaque membre dispose d’une voix ou pourra faire parvenir un pouvoir à tout autre membre de l’association ou du C.A.

Cordialement.                                                                                                 

Christian Raymond, Président fondateur

Flash infos … flash infos … flash info de la mission en TANZANIE

L’organisation, SAWA, le partenaire local de PARTENAIRES accueille des adultes pour des cours du soir, lecture, écriture et maths, dans la nouvelle école construite dans le village de Ndama/Msongozi, district de Mvomero.

Flash infos … flash infos … flash info de la mission au MALAWI …

L’école de Balaka est terminée et 250 à 266 enfants sont inscrits. Quatre enseignants ont été engagés qui auront chacun leur classe et qui prendront à tour de rôle une cinquième classe. Mission réussie pour PARTENAIRES.

Flash infos … flash infos … flash info de la mission au BANGLADESH en mars…

Christian Raymond et deux bénévoles de Paris se sont rendu à Dhaka, premier séjour depuis la pandémie.

“Une journée particulière” au BANGLADESH, pour 90 enfants, 30 accompagnateurs ..et la tortue Miki

Par un matin déjà chaud, deux cars rouges bondés quittaient le Foyer Maer Achol pour le Parc naturel de Gazipur: a 60km mais a trois heures d’une’route’ en grands travaux et a la grande pollution, si encombrée que nos chauffeurs y slaloment à ras des camions et des cars, tous cabossés à mort !
Arrivée devant la jolie villa d’accueil, multicolore, en plein bois, non loin de petits lacs à nénuphars et cresson, qui va héberger notre joyeuse troupe et son intendance. Picnic oblige, nos cuisiniers ont apportent en effet moult bassines geantes et du bois de chauffe, en sus des provisions pour ce banquet à 120 : riz et bœuf, oignons et autres légumes, huile, citrons et force boissons. Outre les matériels pour football et cricket, et l’indispensable son !
S’ébroue notre marmaille, que nous n’avions jamais vue aussi joliment vêtue. Sous leurs saris et leurs bijoux de pacotille, comment reconnaître nos profs voilées, ou nos si timides surveillantes de nuit, resplendissantes.,Nos enfants et ados rivalisent à bon compte, épanouis comme jamais. Eux qui ont toujours vécu en ville,tyerne et sale, découvrent avec bonheur ‘le vert’ et nous rapportent avec une émouvante fierté toutes sortes de fleurs. Certains ont même décroché une barque et nous font traverser un petit lac, vilipendés par le gardien ! Tandis que s’allument les feux pour la cuisson du déjeuner, et qu’on joue ici au cricket, là à une sorte de ballon prisonnier, je découvre au bout d’un sentier une harde de daims, des écureuils et bientôt des singes, guidé par Marouf, 13 ans,  originaire d’un village qui se bricole un arc tout en me faisant découvrir les plantes comestibles…
Retour au campement, où notre chère Directrice Kakoli regarde avec nostalgie sa tortue Miki s’enterrer …Est-ce pour echapper aux gardiens, qui viennent de refuser d’introduire dans leur Parc Naturel cette nouvelle espèce ?!
Retour au bivouac où notre comptable manie la louche avec fermeté, dans la marmite de viande, tandis que la cuisinière en titre, notre fidèle ‘Kala’ fait patiemment bouillir des tonnes d’eau pour le riz, base de tout repas bengali, dont le degré de cuisson est à respecter scrupuleusement..
Intervention des singes, peu farouches et aussi intéressants qu’intéressés : que de photos quand ils s’approchent et prélèvent, avant de grimper prestement aux arbres superbes, bruissant d’oiseaux.
Viennent les danses, au son d’airs de Bollywood dont nos gamines (et gamins !) miment les contorsions alors que souvent leurs petites voix déraillent,
Enfin ils forment à croupetons un grand rectangle et le repas leur est servi dans des assiettes métalliques et sans couverts : foin des plastiques jetables !
Mille selfies plus tard, on nettoie le champ de bataille, aides d’une vieille gardienne pressée de récupérer pour les revendre toutes les bouteille recyclables …et on rembarque en direction de LA TOUR, pour son beau panorama sur la canopee…
Reste à affronter les quatre heures d’un retour infernal, au sens propre du terme car un fil électrique, aussi embrouillé et mal isolé que toujours ici, explose au passage de notre car, s’enflamme et laisse tomber sur le bidonville voisin un brandon qui aussitôt y met le feu, du reste assez vite maîtrisé. Mais quelqu’un y aura perdu ses maigres possessions. Le pays se développe et a bien resiste au Covid, mais que de précarité et de misère on y côtoie encore,,,

Christian Raymond

Merci Françoise pour les photos.

Inauguration de deux classes dans les bidonvilles, les slums

2021

Flash infos … flash infos … flash info de la mission en TANZANIE

Fête de fin d’année dans une école ce classe enfantine à Lukéma le 7 décembre 2021

Remise des diplômes et promotion de tous les élèves et belle fête réunissant enfants, parents et enseignants.

Flash infos … flash infos … flash info … de la mission en EQUATEUR

Fête anniversaire pour les 50 ans de Catalina Alves

Catalina est la directrice de la Fondation Jonathan

Inauguration et bénédiction de la deuxième maison en septembre 2021.

L’inauguration a eu lieu le jour où la Fondation fête ses 20 ans.

Flash infos … flash infos … flash infos … de la mission à DHAKA

Nouvelles classes dans les Slums à proximité de Maer Achol…

Les deux classes qui accueillent des enfants d’âge des préscolaires (classes maternelles) sont pleine avec 20 élèves.

COVID à Maer Achol…

Quelques enfants du foyer Maer Achol sont touchés par le Covid, mais tous réagissent bien comme la grande majorité des enfants en France. Plus difficile de surveiller les enfants externes scolarisés au foyer!

Les confinements successifs, souvent d’une ou deux semaines, conduisent à interrompre la scolarité de tous les enfants et adolescents. Pour palier à cette situation, un coaching efficace est maintenu aussi bien à Maer Achol qu’à Shukhy Ghar et les résultats scolaires sont dans l’ensemble très satisfaisants. Plusieurs de nos pensionnaires obtiennent les meilleurs résultats.