Nouvelles du Foyer Maer Achol

A son retour du Foyer en Novembre 2016,  Christian Raymond, Président Fondateur de PARTENAIRES dresse un constat positif.

‘Je reviens d’un mois de mission à Maer Achol où j’ai pu constater avec bonheur la bonne marche de nos Foyers et l’intérêt majeur qu’ils présentent pour ces jeunes sauvés de la rue.

Sans aucun doute, Streetchildren’s PARTNERS est la meilleure structure d’accueil d’enfants active dans ce pays, car elle leur permet à terme de voler de leurs propres ailes, de fonder une famille et d’être enfin considérés comme des citoyens à part entière.’

 

Flash infos … flash infos … flash infos …

  • Un score fort honorable

Au Bangladesh en fin de primaire, le succès au PSC (Primary School Certificate), 1er examen d’Etat, détermine le passage en classe 6 (équivalent 6ème). Pour 2016, plein succès obtenu par les 9 élèves de Maer Achol – 6 d’entre eux ont été classés en A avec un record pour Santo qui atteint un total de points de 4.83/5.

  • Insertions professionnelles en 2016

Chargée du suivi des enfants du Foyer, Evelyn Hardy indique, après 2016, 7 des grands (es) pensionnaires ont décroché un job à temps plein. Il s’agit de :

Monica, 17 ans, opérateur chez Philips – Dolna, 17 ans, technicienne junior en électronique – Shila, 18 ans, technicienne junior en électronique – Tania, 22 ans, réceptionniste – Sujon, 20 ans, assistant administratif – Sonia, 18 ans, assistante de bureau : tous trois embauchés dans la même compagnie textile – Rasel, assistant de bureau dans une imprimerie.

Ces jeunes salariés portent ainsi le nombre de ceux et celles embauchés en entreprise ces trois dernières années à 20 au total : 3 en 2014 – 10 en 2015 – 7 en 2016.

  • Mabiha sous surveillance

Partie à Calcutta pour autre avis médical l’été dernier, Mabiha (10 ans) a été examinée par une équipe de chirurgiens qui ont renoncé à cette intervention à cœur ouvert jugée à trop haut risque.

Mabiha, rappelons le, est atteinte d’une malformation cardiaque, la maladie de Fallot. Grâce à la bienveillance de généreux donateurs, Partenaires assure le soutien financier de l’ensemble des soins indispensables à la survie de la fillette, élève de Maer Achol. Désormais de retour à Dacca, Mabiha est suivie régulièrement.

  • A vos fourneaux !

Financée par l’Ambassade de France, début d’une nouvelle session ‘cooking training’ à l’atelier cuisine de Maer Achol. Des apprentis cuisiniers affairés autour de la ‘French touch’, de bons pt’its plats en perspective fort appréciés de nos hôtes, et qui sait … pt’être un grand chef en herbe spécialiste de la cuisine française bientôt à Dacca !

  • Informatique, le vent en poupe

Suite à sa première mission au Foyer en 2012, Jeff bénévole au sein de Partenaires a assuré à nouveau en janvier dernier un mois de formation aux plus grands de nos résidents ainsi qu’aux membres du staff. Malgré les différences de niveaux des intéressés, Jeff s’est attaché à faire progresser chacun dans la maîtrise de cet outil, une des clés de leur réussite ultérieure.

GARDEN TOWERS au MYANMAR en 2016

Des nouvelles de notre PROJET GARDEN TOWER au Myanmar !

Contexte de notre d’intervention :

Ce projet intervient dans la région de Magway, dans le centre du Myanmar. Cette zone est connue pour son climat aride et ses faibles pluies (750-800 mm/an) d’où son surnom de Dry Zone. Avec une pluviométrie de plus en plus aléatoire, une déforestation massive (800 hectares disparaissent chaque année, selon un rapport de l’UNCCD en 2011) et un réchauffement climatique causant de terribles sécheresses tuant chaque année récolte et troupeau, la situation de la région est dramatique.

Beaucoup de fermiers utilisent de plus en plus d’engrais et de pesticides chimiques afin d’améliorer leur récolte, sans succès. Pire, ils perdent souvent leurs terres à cause de l’endettement dû à l’achat de produits phytosanitaires et de l’érosion. Sans terres, ils se retrouvent dans une grande précarité. Souvent, ils se vendent comme force de travail dans les champs, un travail pénible et précaire. D’autres tentent leurs chances dans les grandes villes, venant souvent gonfler les bidonvilles de Mandalay et de Yangon.

Après une première enquête auprès de ces personnes vulnérables, nous avons étudié les moyens de produire des légumes sans avoir accès à la terre, ainsi est né le projet Garden Tower. Le concept est particulièrement adapté au contexte de la Dry-Zone, car ce singulier système fonctionne avec 90 % en moins d’eau qu’une culture normale et produit une grande quantité de légumes sur de petites surfaces.

Dans un contexte où les villages sélectionnés sont en stress hydrique et où l’accès à la terre est problématique, cette technologie est particulièrement adaptée. Toutes les personnes que nous avons rencontrées lors des enquêtes étaient très intéressées pour acquérir ce système. Pour eux, c’était une chance de pouvoir produire des légumes chez eux.

Informations générales à propos de la mise en place du   projet

L’objectif principal du projet Garden Towers, est de transformer de simples barils en plastique, en un jardin vertical très productif et cela durant toute l’année. Cette technologie est une première au Myanmar, en Amérique du Sud, ce système est déjà utilisé dans les favelas du Brésil. Nous avons testé également par nous-mêmes dans notre bureau local, les résultats ont été significatifs.

Alors comment ça marche ces Garden Towers ?

C’est un simple baril en plastique d’une centaine de litres qui est transformé en une tour verticale visant à produire fruits et légumes. Pour cela des trous sont réalisés sur les côtés afin d’installer des plants (une quarantaine). Au centre, se trouve un tube à compost. Les bénéficiaires de notre projet mettront chaque jour leurs déchets de cuisine à l’intérieur pour que les vers de terre (additionnés au préalable) décomposent la matière et enrichissent la terre autour de ce tube. Ainsi chargée de matière organique de premier choix (les déjections de vers sont excellentes pour le

sol), les plantes ont accès à une source intarissable de nutriments. De plus, une terre enrichie de cette manière demande beaucoup moins d’eau que la normale.

L’avantage de ce baril, c’est que rien ne se perd, l’excédent d’eau est récupéré par le dessous (chargé en nutriments également et sert d’engrais liquide) et est remis dans le baril par la suite. La Garden Towers fonctionne en circuit fermé, eau et nutriment sont piégés dans le baril et les plantes en profitent largement. Cette structure permet d’utiliser 90 % d’eau en moins que la normale et reste constamment fertile grâce au tube à compost.

Les bénéficiaires du projet

▪   Foyer les plus vulnérables :

Personnes sans terres : le cycle de l’endettement est un problème majeur en Dry-Zone. Propres à la classe paysanne, les fermiers s’endettent souvent en début de culture pour assurer l’achat de leurs semences, de leurs engrais et pesticides, ainsi que pour payer la main-d’œuvre nécessaire à la préparation du sol. Cependant, si la récolte n’est pas bonne, ils peuvent tout perdre et doivent se résigner à vendre leurs terres pour rembourser leurs prêts. Très souvent, ils deviennent des travailleurs saisonniers, un travail harassant et tributaire des champs des voisins pour subvenir à leurs besoins. Les périodes de travail ne durent que pendant la saison des pluies, le reste de l’année ils doivent émigrer pour trouver du travail ailleurs. La plupart sont âgés de 20 à 45 ans.

Personnes en situation de vulnérabilité : cette catégorie de bénéficiaire est assez large, on peut y retrouver des femmes veuves et chefs de famille, des handicapés physiques, ou alors des personnes âgées ne pouvant plus subvenir à leurs besoins. Pour celles et ceux qui peuvent encore travailler, ils partent aussi dans les champs pour désherber ou planter pour les voisins moyennant finances. Une situation tout aussi précaire où parfois seule la solidarité de tout un village peut les aider à s’en sortir.

▪   Les écoliers et leurs professeurs :

Ce public a été visé parce que nous considérons qu’il était intéressant de sensibiliser des jeunes au respect de la nature et de leur faire comprendre comment fonctionne la vie d’un sol à travers ses acteurs clés, comme le ver de terre. Aussi, de montrer comment on peut enrichir un sol et le protéger par le biais d’un apport de matière organique (comme les déchets de cuisine) et d’un paillage (pour limiter l’évapotranspiration). A partir du moment où l’on commence à comprendre le fonctionnement de quelque chose, on est plus apte à le protéger.

Les légumes issus de leurs Garden Towers leur seront également un apport nutritionnel lors des saisons où le prix des fruits et légumes sont élevés.

▪   Les fermiers dans les villages d’intervention :

Ce projet est le commencement de quelque chose qui ira plus loin. Nous espérons motiver les fermiers de nos zones d’intervention à s’investir davantage dans des pratiques plus durables. L’objectif c’est qu’ils soient avant tout gagnants dans l’histoire. Les bénéficiaires de notre projet étaient pour la plupart des fermiers ayant perdu leurs terres. Nous souhaitons casser ce cercle vicieux. Grâce aux techniques présentes dans le système Garden Tower, nous espérons installer de la curiosité parmi eux, pour les pousser à suivre la voie de pratiques plus écologiques, afin qu’ils deviennent plus résilients et autonomes.

Diaporama: GT au Myanmar>

Tour d’horizon – Foyer Maer Achol

Evelyn Hadgé, chargée du suivi des enfants du Foyer Maer Achol depuis la France, nous offre un petit tour d’horizon de la rentrée :

« A ce jour, nous comptons 37 filles et 22 garçons pensionnaires à Maer Achol, 14 ados à Shukhi Ghar, soit un total de 73 enfants.
Depuis le début 2015, 10 des grands (es) pensionnaires ont décroché un job à temps plein. Il s’agit de :

  • Tanjila et Nasu (18/19 ans) = Bata, secteur de la vente,
  • Sabina (19 ans) = Nestlé, département marketing,
  • Ridoy (18 ans) = Fortis Garments Ltd, département maintenance,
  • Shapon (20 ans) = Caffee, entreprise informatique,
  • Rakib (18 ans) = Apex, département ‘packaging’,
  • Rasel (18 ans) = Compagnie ‘Inox Elevator’, département entretien,
  • Sagor 1 (18 ans) = Entreprise d’Optique, assistance technique,
  • Nirob (20 ans) = Grameen Bank, assistant terrain,
  • Salma (18 ans) = Galaxy Hospital, aide-soignante

ET courant 2014 :

  • Sujon = Philips, assistance technique,
  • Abu Kalam = Compagnie ‘Aqua Pure Technology Ltd’, département technique,
  • Sonia = Azmal Hospital, aide-soignante

Et oui, la roue tourne! Certains nous ont déjà quittés (6 d’entre eux), d’autres suivront d’ici peu. Des départs qui à Shukhi Ghar laissent place aux grands de Maer Achol ayant atteint leurs 13 ans …qui eux et selon le même procédé sont remplacés par de nouveaux arrivants ».
Depuis le mois d’août, Jean-Claude Rouiller – enseignant en Économie – découvre Maer Achol dans le cadre d’une mission bénévole de 6 mois.
Son rôle est de piloter la pratique d’activités sportives auprès des internes et le bon déroulement de l’apprentissage informatique des enfants, d’effectuer des démarches auprès des bailleurs potentiels et d’assurer une assistance au niveau administratif et comptable.

Son blog donne un bon reflet de la vie quotidienne au Foyer. Découvrez-le !
Cliquez ici : Le visage de l’inconnu…

 

Offre de Service Civique à Paris

Rejoignez notre équipe!

PARTENAIRES recrute un volontaire en Service Civique à partir de Novembre 2015 au siège de l’association, à Paris, pour venir en appui à la coordination nationale et à la promotion de ses projets de développement au Myanmar et au Bangladesh.

Toutes les informations ici : Fiche de mission Service Civique

Les candidatures (CV + Lettre de motivation) sont à envoyer avant le 15 octobre 2015  à : m.marotte@partenaires-association.org

Concert solidaire au Point Éphémère le 10 juillet

Dans le cadre de la campagne 2015 « Pas d’Education, Pas d’Avenir » menée par La ligue de l’Enseignement et Solidarité Laïque, notre association PARTENAIRES sera présente lors d’un concert solidaire animé par le groupe Double Esquisse. Avant de vous embarquer dans une ambiance de folk à deux voix, de rap bilingue et de touches de classique, nous vous présenterons notre futur projet de rénovation et d’extension de l’école du village de Tha Si qui sera co-financé par les bénéfices du concert. En effet, cette année parmi 20 projets sélectionnés, 4 issus d’associations de solidarité internationale ont été retenus et nous sommes heureux de faire partie de cette sélection.

Rendez-vous le 10 Juillet prochain, au Point Éphémère à 20h00.

Adresse : 200 quai de Valmy, 75010 Paris. Pour voir le plan, cliquez ici.

10 euros sur place et 8,20 euros en prévente.

Pour découvrir le groupe Double Esquisse : c’est par !

Ambiance garantie, venez nombreux soutenir notre initiative solidaire en faveur de l’éducation !

 

Affiche concert Esquisse

 

Rénovation de l’école de Kone Sar Lae

 

Au Myanmar, PARTENAIRES soutient durablement l’accès à l’éducation des enfants en milieu rural pour leur assurer des conditions de vie décentes et la possibilité d’un avenir meilleur.

Dans le village de Kon Sar Lae, en dry zone birmane, l’école n’offrait pas de bonnes conditions d’apprentissage à ses 521 enfants : ils étudiaient sous un simple préau ouvert à toutes les intempéries et sans cloison. Seulement deux toilettes, en bois et en mauvais état, étaient disponibles.

Grâce au soutien de nos partenaires sur ce projet, la Fondation d’entreprise Solucom et le Conseil Régional d’Ile-de-France, nous avons construit un bâtiment scolaire en dur avec 4 salles de classe séparées. Deux blocs de sanitaires de 4 toilettes chacun et un réservoir d’eau ont également été construit.

 

P1000560

Nouvelle salle de classe lumineuse.

Kyauk Taw (5)Alors que le projet était destiné aux 521 enfants inscrits à l’école, PARTENAIRES a compté 19 inscriptions supplémentaires à la fin du projet… quel beau succès! La participation active des villageois sur le projet a permis d’en assurer la réussite. Et l’implication des parents d’élèves et des représentants locaux du Ministère de l’Éducation garantira sa pérennité.

 

L’inauguration a eu lieu le 7 décembre 2014 en présence des enseignants, des autorités locales, du Président de PARTENAIRES et de l’équipe de Partners Myanmar.

Un grand merci à nos deux partenaires pour leur implication et leur soutien financier!

P1000565

Plaque commémorative sur les toilettes

P1000567 - Version 2

Plaque commémorative en birman dévoilée lors de l’inauguration.

 

 

 

 

 

 

Inauguration de l’école de Bell Seik

L’association PARTENAIRES Sud est heureuse de vous présenter la nouvelle école du village de Bell Seik en Birmanie. L’inauguration s’est déroulée le 13 septembre dernier en présence du Président de l’association, Christian Raymond, et des autorités locales venues spécialement pour l’occasion.

Cette école anciennement construite en bambou, n’assurait pas aux élèves sécurité et conditions d’apprentissage favorables. Aujourd’hui 212 écoliers sont accueillis dans un lieu décent : une école en dur avec des cloisons permettant de séparer les classes. Les enfants peuvent enfin étudier dans de bonnes conditions !

Nous remercions vivement nos deux partenaires, l’association Frères d’Espérance et le Conseil Général de l’Aude, pour leur implication dans ce projet et leur soutien financier.

 

10801688_763545200360305_5531282979322165760_n

10931273_763545273693631_2910847550716384109_n

Participez à un projet en Birmanie!

Devenez PARTENAIRES du village de Wa Pyaw Tha Ya en Birmanie, et suivez le projet en temps réel !

 

Grâce à votre participation, nous pourrons construire un réservoir pour alimenter l’école en eau potable et permettre à ses 40 écoliers de rester en bonne santé.

Pour tout savoir sur le projet, cliquez sur le lien ci-dessous. Et bien sûr, n’hésitez pas à en parler autour de vous!

De l’eau pour les écoliers du village de Wa Pyaw Tha Ya en Birmanie >

Photo PARTENAIRES Microdon

Pour suivre toute l’actualité du projet, restez connectés à notre Page Facebook